Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 octobre 2012

Sur le mariage homosexuel.

Les homosexuels étant apparemment les derniers des modernes à défendre et le mariage et la famille, cet étonnant paradoxe ne manque pas de susciter la plus grande perplexité. Imagine-t-on Noël Mamère exiger la canonisation, de son vivant, de l’icône de Mai-68 Cohn-Bendit ? Cet assortiment peu ragoûtant d’archaïsme vénérable et de postmodernité vénérée se présente comme l’un de ces plats kitsch et plaisants que seuls la publicité et l’art contemporain nous offraient habituellement en guise de blagues à potaches. Mais l’on sait que derrière le rire d’aujourd’hui peuvent se dissimuler d’autres entreprises beaucoup plus sournoises et mortifères.

Ce projet législatif nous est vendu comme un symbole d’une société qui se voudrait, à l’image du modèle californien, « cool », décrispé, décomplexé et tolérant. Autrement dit, il est question de notre bonheur. Pourquoi faire la guerre à ces pauvres homosexuels ? Ils sont bien libres de s’aimer ! Et qu’est-ce que cela changera pour vous ? On voit qu’une décision, qui relève de l’organisation politique, administrative, patrimoniale, sociale, historique, voire religieuse, en tout cas civilisationnelle d’une nation est ravalée à une dimension émotionnelle, sentimentale, et qu’on prête à sa contestation des desseins douteux. Détesteriez-vous les homosexuels, par hasard ? C’est ainsi qu’à la critique de l’immigration sont imputés des soupçons de racisme, à celle du sionisme un évident antisémitisme, aux réserves sur l’anticolonialisme virulent des relents colonialistes, au malaise face au fondamentalisme islamiste la haine de l’islam, et au rejet du libre-échange marchand l’accusation de nationalisme fascisant. C’est bien de cette façon que le débat est mené. Que n’avance-t-on pas au sujet du pauvre cardinal Barbarin, qui ne fait que défendre les positions de l’Eglise !

Il va de soi que s’en prendre, effectivement, aux homosexuels en tant que tels est aussi stupide que d’en faire l’apologie comme emblèmes de la liberté libre. Les uns et les autres, on s’en doute, outre qu’ils occultent le véritable problème, qui outrepasse la simple question de dilection sexuelle, ont le tort, conscient ou non, de déplacer l’épicentre du malaise contemporain de la question sociale et économique, voire identitaire, au sens large, à celle des mœurs, et de la question identitaire, au sens restreint. Pendant qu’on s’étripe dans des débats sur le sexe des marié(e)s, on ne s’occupe pas de la défense des victimes du système. A vrai dire, ces disputes n’intéressent que les classes moyennes ou supérieures, et nullement le peuple d’en bas, qui a d’autres chats à fouetter, et d’ailleurs se contrefout du mariage homo.

En quoi il a bien tort, car cette empoignade touche de très près à l’essentiel du projet de transmutation de l’espèce, qui représente la finalité de l’utopie mondialiste, dans ses objectifs les plus ambitieux.

L’oligarchie transnationale, au fond, malgré son cynisme et son matérialisme vulgaires, ne manque pas de grandeur. Il en faut pour jeter dans l’esclavage le monde entier, ériger une dictature planétaire, poursuivre le fantasme de la jeunesse éternelle. L’un des mythes faustiens qui l’anime, et non des moindres, est celui de la toute-puissance absolue sur le matériau humain.

Sous cet angle, par rapport au mariage hétérosexuel, le mariage homosexuel est un progrès, car il évacue l’empreinte naturelle de l’union, qui n’existe dès lors qu’entre personnes. La procréation normale est, elle aussi, écartée comme facteur de légitimité du « contrat » pour être remplacée par l’hypothèse, toute conventionnelle car n’appartenant qu’à la seule loi politique, de l’adoption. Finalement, un bébé né naturellement ne serait qu’un adopté potentiel.

On voit par là que le lien le plus naturel, celui de la conception, est vidé de sa substance. Le mariage homosexuel est un coin enfoncé dans l’édifice multimillénaire que les hommes ont accepté comme protection de leurs devoirs naturels. Il était une domestication de la violence éventuelle de l’homme sur la femme, de la transformation de la loi du mâle en culture, en contrôle de soi, et en transfiguration du lien charnel en attache spirituelle. C’est pourquoi le christianisme, reprenant une idée romaine, en a fait l’un des sommets et des symboles de la civilisation et de l’humanité.

Rien de tout cela dans le mariage homo qui n’est, en fait, qu’un contrat, un morceau de papier laïc, comme celui qui lie un débiteur à son créancier. Mais l’on voit bien que le but est de substituer à la notion d’absolu celle de relativité. Et ce n’est pas un hasard que la principale victime, l’oubliée fatale, dans cette opération, que le couple homo soit masculin ou féminin, c’est la mère.

Que représente-t-elle de si dangereux pour le système utopique contemporain ? On notera que l’on parle de « langue maternelle » et que l’éducation de la plus petite enfance, la transmission des valeurs, des comportements, de l’héritage familial, de la mémoire la plus étroite ou la plus ample, passent bien souvent par elle.

Et l’on perçoit bien quel est le but ultime visé : c’est l’arrachement à toutes les racines, à cette imprévisibilité absolue qu’est la famille biologique, au profit d’un ensemble purement culturel, plastique, flexible, conditionnable, qu’est le nouvel homme. De là la théorie du genre, qui postule que l’être est un produit, une construction.

Nous donnerons un exemple des plus significatifs pour illustrer cette volonté de déconstruction de l'homme.

Il paraît que la crèche Bourdarias de Saint-Ouen intéresse le gouvernement. Il s’agirait de lutter contre les « stéréotypes ». Voyez-vous, les femmes et les hommes sont des poncifs. Peut-être même des sophismes. Depuis des lustres, on force les femmes à s’engager politiquement, on culpabilise les hommes qui ne torchent pas le cul des mômes, on leur enjoint de pisser assis, on pousse les filles vers des métiers masculins et les garçons vers des métiers féminins, et tout cela vainement, comme le déplorent les médias, qui, pour le coup, projettent en masse des stéréotypes aussi éculés véhiculés par la bien-pensance moderne.

Nous passerons sur les bêtises grotesques qui farcissent cette désormais fameuse crèche, comme de donner des marteaux aux filles et des casseroles aux garçons, d’inviter ces derniers à pleurer, et de dénier aux premières la fierté de porter de belles robes, etc. Nos ministres Najat-Belkacem et Dominique Bertinotti, visitant ce laboratoire digne du Meilleur des mondes, en étaient toute chose… Que de « bienfaits » dans cette sensibilisation, qui s’apparente à un conditionnement ! Pourquoi pas aussi des décharges électriques, comme dans le chef-d’œuvre d’Aldous Huxley ! Et de vouloir « faire évoluer la formation de tous les professionnels de la petite enfance pour les sensibiliser à la question »…

Mais le pire de ce cauchemar totalitaire réside dans le « ménage » effectué dans la bibliothèque. Cela sent bien les heures les plus sombres de notre Histoire, Mesdames ! On a donc supprimé certains ouvrages mal famés, outrageusement machistes, comme Petit Ours brun ! La pauvre bête, en effet, avait l’outrecuidance de fumer la pipe en lisant son journal tandis que maman Ourse était au fourneau ! On risquerait la guillotine pour moins !

Ce n’est certes pas un hasard, donc, si dans certains établissements suédois, toujours en pointe dans l’instauration du totalitarisme utopique, on va jusqu’à employer des pronoms neutres au lieu de « il » et « elle », ou si l’on élimine les jeux sexués.

Le but est d’arracher l’être à son propre être pour éviter qu’il ne soit différencié. Un être enraciné dans un ethos ancestral, naturel et culturel à la fois, qui l’arme avec des représentations qui ont fait leur preuve, est beaucoup moins malléable, et plus rétif à l’asservissement.

De sorte que l’on comprend très bien que pour Vincent Peillon, la « morale laïque » consiste à « arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix ».

Non : nous sommes des héritiers. Et si choix il doit y avoir, c’est à partir de notre héritage.

Claude Bourrinet

18:46 Écrit par fnpuydedome dans DÉCLIN ET DÉCADENCE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.