Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 octobre 2012

Interview de Hamid Zanaz sur Enquête et Débat

Hamid Zanaz est l’auteur de deux livres iconoclastes sur l’islam(isme) : « L’impasse islamique, la religion contre la vie, préfacé par Michel Onfray, 2009 » et « L’islamisme vrai visage de l’islam », édition de Paris/Max Chaleil, 2012. Entretien réalisé par Sarah.Z

« Du printemps arabe à l’hiver islamique! » Est-il le bon diagnostic selon vous?

Hamid Zanaz : Sans aucun doute, le printemps arabe est une montagne qui a accouché d’une souris. Mais en Égypte, les islamistes dominaient déjà la rue, comme partout ailleurs dans ce monde arabe, maintenant ils ont la rue et le pouvoir. Et personne ne pouvait désormais soulager le pays de leur obscurantisme. La Libye est sur la voie d’Allah aussi. Le Yémen ne pourrait être qu’islamiste… Les jeunes libéraux arabes sont peu nombreux. Ils seront vite marginalisés comme leurs ancêtres rationalistes dans ce qu’on appelle hâtivement la « civilisation islamique ». En revanche, les islamistes tunisiens trouveront un peu de difficulté à faire taire les démocrates tunisiens.

Comme pour la révolution iranienne, les droits des femmes ne sont pas une préoccupation première dans les débats politiques. Comment expliquez-vous cela ?

Cela dépend de l’expérience historique de chaque pays. La Tunisie n’est pas le Yémen. La Libye n’est pas l’Égypte. Mais grosso modo cela s’explique par le regard rétrograde que porte l’idéologie islamique sur la femme. Il est presque admis dans tous les pays islamiques que la femme est inférieure à l’homme. Personne ou presque ne pourrait rejeter ouvertement les versets coraniques qui prétendent l’infériorité de la femme. Face aux versets coraniques, pas de débat. L’examen critique du statut des femmes dans le corpus juridique est condamné par tous les musulmans. Donc sans le dépassement de l’idéologie islamique, la condition de la femme dans ces pays reste inhumaine. C’est presque la quadrature du cercle à l’heure actuelle !

Contrairement aux dictatures qui réprimaient les islamistes, la démocratie permet à ceux-ci d’agir ouvertement et en toute légitimité. L’Égypte, la Tunisie sont tombées par les urnes. Doit-on craindre d’autres scénarios semblables?

Les dictatures n’ont pas réprimé les islamistes parce qu’ils étaient obscurantistes, mais parce qu’ils voulaient le pouvoir. Les dictateurs arabes partagent la même idéologie avec les islamistes. L’école, la rue, les syndicats… tout a été offert aux islamistes. Ils gouvernaient déjà indirectement dans la majorité des pays arabes. Maintenant ils passent directement aux commandes. Le vote au lieu du coup d’État. Tout est fait pour que les islamistes gagnent partout les élections. Pourquoi ? Parce que dans ces pays, il n’y a pas de politique, les gens votent pour un projet de société, non pas pour un projet politique. Les régimes dictatoriaux ont tué le politique et encouragé le religieux. Sans laïcité, il n’y a ni politique, ni démocratie.

Les Frères musulmans, en Tunisie et en Égypte, disent s’inspirer un «islam modéré» en suivant la Turquie d’Erdogan …

L’islamisme en Turquie est venu au pouvoir dans un État laïque ou presque. La laïcité a précédé l’islamisme. Et c’est ce dernier qui essaye de s’adapter. Dans le monde arabe, c’est tout à fait le contraire. Pas d’institutions étatiques fortes. Erdogan est condamné à être « modéré », ce n’est point un choix. Dans un coin de sa tête survit toujours l’empire islamique Ottoman. En dépit d’une constitution laïque, il n’a cessé de remettre en cause la laïcité de l’État depuis son accession au pouvoir. Lui qui aspire à voir son pays accepté dans l’Union Européenne vient de déclarer en Allemagne que l’assimilation des musulmans en Europe est un crime contre l’humanité! En l’absence d’un État fort, l’islamisme arabe crée son propre État : une entité religieuse qui applique la charia à la lettre comme en Arabie saoudite.

Comment expliquez-vous le triomphe des islamistes?

Les islamistes sont comme le poisson dans l’eau dans toutes les sociétés arabes. Sincèrement, à part la barbe et le voile, il est même très difficile de trouver de grandes différences entre ‘musulmans’ et ‘islamistes’. Durant les deux décennies qui suivirent les indépendances, on a seriné que l’islam est un Tout, religion et État. Et en évidant soigneusement les crânes à l’école, on a ouvert les portes à l’obscurantisme qui s’est faufilé sans aucune peine dans les esprits. Et on récolte aujourd’hui ce que l’on a semé.

Le discours de Tariq Ramadan. Qu’en pensez-vous ?

Je ne pense rien, je ris. Je me demande comment les gens prennent encore des charlatans au sérieux. Libérer le pays de qui, de quoi? Quelle éducation? La référence de ce monsieur n’est autre que le Coran et sa charia. Il n’est pas très difficile d’imaginer son projet politico-théologique!

Quel serait l’impact des printemps arabes sur l’avenir de l’Occident ?

A moyen terme, les gouvernements occidentaux ne trouvent aucun inconvénient à composer avec les islamistes au pouvoir. Comme ils ont toujours su composer avec les despotes arabes. L’Occident est en voie d’islamisation depuis au moins deux décennies, il n’a pas attendu le Printemps Arabe, il est déjà bien installé dans l’hiver islamique. Mais l’avenir occidental et du monde sera laïque ou ne sera pas : les religions portent la guerre comme les nuages portent la pluie.

Les commentaires sont fermés.