Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 14 novembre 2012

Communiqué de Sophie Robert, Secrétaire départementale du Front National de la Loire, Conseillère régionale

 

413363 438402656222322 948668578 o

 

Antifas, leur place est à la gay pride !

Hier, j'ai eu l'honneur de recevoir Julien Rochedy, Paul-Alexandre Martin ainsi que Bruno Gollnisch, afin d'assister aux habituelles cérémonies du 11 novembre, autour de Mathieu Chovet, notre Secrétaire départemental FNJ dont c'était la première grande manifestation officielle.

Si la journée, grâce aux interventions de très grande qualité de nos orateurs s'est excellemment bien déroulée dans son ensemble, une nouvelle fois, nous déplorons les attaques physiques dont nous avons été victimes. 

En effet, vers 9h00, alors que trois de nos jeunes s'apprêtaient à rejoindre la permanence de Saint-Etienne, ils ont été sauvagement agressés, par derrière, par neuf jeunes d'extrême-gauche, à l'aide de bouteilles de bière notamment. Trois blessés dans nos rangs, dont l'un qui venait de fêter ses 18 ans. Trois contre six, nous avons vite compris à qui nous avions à faire. Henry de Montherlant disait : "C'est vrai : le seul contrepoids à la méchanceté de l'homme est sans doute sa lâcheté." 

Nos jeunes ont tous porté plainte. Le Front National de la Loire portera plainte également.

Vers 11h00, nous sommes allés assister aux commémorations du 11 novembre, place Jean Jaurès. Dans la peau du simple citoyen patriote qui souhaite rendre hommage à ses morts, nous sommes restés apolitiques, aucune allusion au Front National n'a été faite. Nous ne brandissions que des drapeaux bleu-blanc-rouge. Ce sont ces drapeaux, trop français, qui ont attiré, de nouveau, l'oeil stupide, voire vide des antifas, ces navrantes anomalies de la politique. Leur internationalisme n'a pas supporté l'exibition du drapeau tricolore ! 

Ce n'est pas le Front National qui a été visé, c'est la France !

Selon leurs propres termes, ils souhaitaient "nous enc****". Mince, ces pauvres gens sont venus pour rien. Ils ont confondu "Commémoration de la Grande Guerre à Saint-Etienne" et "Gay Pride à Myconos". Leur "leader", le plus lâche en général, tenu par la main par papa, qui, déjà, était à l'origine des agressions du 11 novembre 2010, est une sorte de Rastapopoulos ligérien, l'hygiène en moins.

Après avoir essuyé insultes et crachats, nos jeunes, bien plus nombreux, en gens civilisés, ont entonné la Marseillaise, ignorant les provocations animales.

Le Front National de la Loire appelle à la plus extrême fermeté. Qu'une enquête sérieuse soit menée jusqu'à son terme. Les agresseurs, aussi sournois soient-ils, doivent être punis à la mesure de leur ignominie, et de leur lâcheté désormais légendaire dans tout le département !

Jamais nous n'abandonnerons les Français ! Jamais nous n'abandonnerons Saint-Etienne !

Sophie ROBERT,

Secrétaire départemental du Front National de la Loire, Conseillère régionale

21:41 Écrit par fnpuydedome dans COMMUNIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.