Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 novembre 2012

Encore une

Dans son rapport 2011, la simple demande d’un agent de l’ANPE à une femme voilée pour savoir si elle garderait son voile pour travailler est répertoriée comme islamophobe.

Une phrase expliquerait la naissance du Collectif contre l’islamophobie (CCIF) en 2003. Elle fut lancée par l’éditorialiste Claude Imbert sur LCI: «Je suis un peu islamophobe, ça ne me gêne pas de le dire.» Elle figure désormais dans l’acte fondateur de cette organisation qui revendique plus de 700 adhérents et huit antennes régionales.

Comme son nom l’indique, le premier objet de cette association vise à répertorier les actes islamophobes via un rapport annuel. Le collectif assure aussi, avec trois juristes à temps plein, la défense des personnes qui se disent victimes de tels actes.

Même s’il y a, à ce titre, une divergence entre le CCIF et le Conseil français du culte musulman (CFCM), qui, lui, a signé une convention avec le ministère de l’Intérieur créant un Observatoire de l’islamophobie. Abdallah Zekri, président de cette structure, commente: «Le CCIF nous reproche de “collaborer” avec le ministère, mais oublie de dire qu’il a essayé, par notre intermédiaire, d’être reconnu comme partenaire officiel. Le minis­tère de l’Intérieur a refusé.»

Pour deux raisons a priori. Une focalisation sur le voile islamique: plus de 60 % des actes «islamophobes» recensés par le CCIF sont liés «au port du ­voile», observe un responsable musulman.

Exemple: dans le rapport 2011, la simple demande d’un agent de l’ANPE à une femme voilée pour savoir si elle garderait son voile pour travailler est répertoriée comme islamophobe. Cette forte sensibilité pour défendre partout le port du voile dope par conséquent les statistiques du CCIF par rapport à celles du CFCM.

Autre problème: il est très difficile de savoir ce qu’est vraiment le CCIF. Son président, Samy Debah, est injoignable. Son porte-parole, Marwan Muhammad, soutient que la liste des membres du collectif est «confidentielle» avant de raccrocher sèchement.

Le CCIF incarne un «islam identitaire agressif», explique un expert reconnu.

«Conduit par une jeune génération de musulmans nés en France, il s’est affranchi des grandes fédérations instituées et travaille en réseau avec une stratégie médiatique moderne, peu soucieux des questions du culte, mais en pointe pour une présence musulmane dans la société civile.» (…)

20:14 Écrit par fnpuydedome dans IMMIGRATION | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Bientôt le simple fait de ne pas porter le voile sera un geste islamophobe ;)

Écrit par : Ivan | samedi, 17 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.