Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 novembre 2012

Des Clermontois qui causent...

Le couvre-feu du tramway ? Alain découvre. Avec rage. « Je me déplace seulement avec la T2C et, comme tout le monde, il m’arrive le soir de sortir, explique ce Clermontois, qui habite à deux pas du boulevard Claude-Bernard, artère sensible du quartier. Alors, même si je peux comprendre ce droit de retrait, j’estime que ce n’est pas très admissible : l’ensemble des habitants de la cité se trouve pénalisé alors qu’il s’agit d’une minorité qui met le bordel et qui se fiche de toute façon de prendre ou pas le “tram”, vu qu’ils ne sortent jamais de la cité ! »

"Il n’y a pas deux sortes de Clermontois... "

Sophie, élève à l’école nationale des finances publiques, attend ce mardi midi à la station CHU Gabriel-Montpied, le passage de la prochaine rame. Lui demande-t-on si elle sait que le « tram » ne passera dans le quartier à partir de 20 heures ce soir « Ah non, j’ignorais, soupire la future fonctionnaire. Du coup, on risque d’être tous bloqué dans la résidence et de ne pas pouvoir sortir en ville. »

C’est un énième jet de pierre sur une vitre du tramway samedi soir dans le quartier Saint-Jacques qui a amené les conducteurs à faire valoir leur droit de retrait depuis lundi. « Ça me t’étonne pas franchement, poursuit la jeune femme. Il y a un climat pesant, ici. »

À l’autre bout de la ville, la station Croix-de-Neyrat rassemble des usagers qui guettent l’arrivée de la prochaine rame. Comme Francine, retraitée. Elle ignore tout de la décision des agents de la T2C de ne plus desservir après 20 heures les extrémités de la ligne. « C’est pas vrai !, s’exclame la retraitée, horrifiée. En ce moment, je prends tout le temps le tramway après 20 heures pour revenir chez moi. C’est tout de même exagéré ! »

 

"Et les ouvriers Michelin ?"

Croisée à deux pas de là, dans le quartier de Chanturgue, une enseignante retraitée se dit victime d’ostracisme avec cette décision de la T2C. « Sur les bancs de l’école, je ne distinguais pas qui était de tel ou tel quartier. Est-il utile de rappeler qu’ici, dans les Hauts de Chanturgue, on paye les mêmes taxes qu’à Chamalières ? Je comprends le droit de retrait des conducteurs, mais il fallait arrêter le tram pour tout le monde, sur toute la ligne. On ne prive pas une partie des usagers de transport sous prétexte qu’ils vivent à tel ou tel endroit ! Et les ouvriers Michelin qui doivent rentrer ou aller travailler après 20 heures, ils y ont pensé, à la T2C ? Il n’y a pas deux sortes de Clermontois : on a tous participé ensemble à l’achat du tramway. »

Nicolas Faucon

12:47 Écrit par fnpuydedome dans EN ZONE OCCUPÉE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.