Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 janvier 2013

Interview de Julien Rochedy dans le "bréviaire des patriotes".

► Le 13 janvier, une grosse manifestation est prévue à Paris pour manifester contre la dénaturation du mariage. En serez-vous ?

Évidemment. Pour moi la question ne se pose même pas.

 

► A titre personnel ou en tant que directeur du Front National de la Jeunesse ?

A titre personnel. J’ai la faiblesse de croire toutefois que mon rôle de directeur du FNJ a aussi quelque chose à voir là-dedans, puisque de très nombreux militants du FNJ y seront.

 

► Voyez-vous ce projet de loi comme un écran de fumée sociétal masquant les difficultés sociales du pays, ou comme un réel projet de dé-civilisation ?

Les deux. Sans aucun doute, Hollande se sert de ces clivages sociétaux pour continuer à se faire passer pour un homme de gauche. C’est utile lorsque, par ailleurs, on a avalisé les lois du marché et de l’Europe ultra-libérale. Cependant, c’est un projet de loi d’une grande importance car il touche à la civilisation. Une crise économique crée des situations dramatiques certes, mais elle est par nature conjoncturelle et passagère. Une crise de civilisation est un mal dont il est beaucoup plus difficile à se relever.

 

« Bite dans l’cul ou pas, on veut l’égalité des droits » : Cette pancarte brandie par un enfant lors d’une manifestation LGBT est-elle le révélateur de l’irresponsabilité des militants pro-mariage gay ?

Oui. Tous heureusement ne sombrent pas dans ces outrances, mais d’une manière générale pour moi, vouloir marier deux homosexuels ensemble est une preuve d’irresponsabilité, vis à vis des symbôles sacrés, des valeurs, des enfants, de l’avenir d’un pays, d’une civilisation.

 

► Comment jugez-vous la réaction de l’Église catholique par rapport à ce projet de loi ?

Normale. Peut-être pas assez offensive, mais enfin, elle est à l’image et à la mesure de la puissance de l’Eglise dans notre pays depuis des années, c’est à dire bien faible.

 

► Regrettez-vous cette perte d’influence de l’Église en France ?

Ça dépend de quelle Église… Je regretterais plutôt la perte de l’influence de certaines valeurs chrétiennes dans notre pays. De belles et fortes valeurs.

 

► Vous avez récemment déploré être né à une époque où l’on se posait ce genre de questions. À quelle époque auriez-vous voulu naître, si vous aviez eu le choix, et pourquoi ?

A d’autres époques qu’à cette époque pourrie ça c’est sur ! A des moments où l’honneur, la force, la grandeur, le patriotisme, la vertu et la virtus voulaient dire quelque chose !

 

► Peut-être votre présence en cette époque de perdition est-elle justifiée par le rôle que vous avez à y jouer. Avez-vous encore l’espoir de voir notre pays renouveler avec sa force et ses valeurs d’antan ?

Oui. Mais de toute façon je vais vous dire, l’espoir n’a pas d’importance, ce qui compte c’est de ne pas se laisser faire en toutes circonstances. C’est de se battre. Advienne ensuite que pourra.

 

19:57 Écrit par fnpuydedome | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.