Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 juin 2013

Le mot d'Erik FAUROT



 

63-Erik-Faurot-FNimr-200x300.jpg

Le coup de pied dans le métronome.

 

Suite à l'excellent (et logique) score de M. BOUSQUET-CASSAGNE à VILLENEUVE SUR LOT ce dimanche, le concert habituel des pleureuses patentées à retenti aux quatre coins de la médiasphère, endeuillée par avance d'une possible disparition de la démocratie dans cette région car comment concevoir que la fleur vénéneuse du Front National puisse s'épanouir dans le terreau démocrate? Alors on s'efforce de trouver une explication qui serait logique, tout du moins dans la logique du système. Une telle orientation politique des électeurs est en quelque sorte contre-nature et ce qui suscite ce phénomène... c'est forcément l'affaire Cahusac! Le grand coupable, celui par qui la catastrophe arrive, c'est assurément le capilliculteur indélicat. En effet, le bon peuple du LOT ET GARONNE s'accommode sans doute parfaitement de l'immigration endémique incontrôlée, de l'abandon de notre agriculture et de pans entiers de notre économie au diktat bruxellois, de la poursuite de la folle politique de l'euro, de la fiscalité à sens unique qui accable les classes moyennes et la petite entreprise, de l'éducation en chute libre qui nous prépare pour demain une belle génération d'HOMER SIMPSON, etc...

Il est donc évident que sans ce qu'il faut appeler "le syndrome CAHUSAC" l'électorat aurait sans sourciller plébiscité l'UMPS. 

Celà ne paraît évident qu'aux bonimenteurs et bateleurs du PS écrasé, ceux là même qui, avant de pousser sur le trône le plus médiocre d'entre-eux, envisageaient très sérieusement de couronner M. STRAUSS-KAHN. 

C'est également une évidence pour les essoufflés de l'UMP, qui, encore fatigués d'avoir battu le pavé parisien devant les gardes mobiles abordent cette élection le tube de ventoline à la main, arc boutés sur une seule certitude rendue pour le coup bien fragile, celle de voir le principe d'alternance se mettre encore en place à leur profit, "une fois à toi, une fois à moi, une fois à toi..." Alors ils risquent leur dernier souffle à réclamer le Joker: le Front républicain, comme si cette république pouvait être mise en danger par autre chose que leur désinvolture.

Depuis des décennies, oubliant que gouverner c'est prévoir, ils n'ont rien vu venir, ils n'ont rien entendu de la détresse des français, ils n'ont rien sondé de l'abîme qu'ils creusaient et ce soir ils ne voient pas le coup de pied que le Front National donne dans le métronome qui rythmait si bien leurs allers-retours aux affaires et dont ils croyaient le mouvement éternel.

21:52 Écrit par fnpuydedome dans TRIBUNE LIBRE | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Villeneuve/lot : la démocratie se portera largement mieux avec un député FN de plus et un député UMPS de moins,les successions d'affaires UMP / PS, seule solution, renouveler très largement la classe politique aux municipales 2014 !

Écrit par : patrick | mardi, 18 juin 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.