Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 juillet 2013

Homos : vous êtes logés à l’œil à l’ambassade de France !

Vincent et Bruno — dont tout le monde sait, sauf à avoir vécu en anachorète au fond d’une cave ces trois dernières semaines, qu’ils sont les premiers mariés gay de France — ont été les invités d’honneur de la 20e Gay Pride de Tel Aviv. À cette occasion, Christophe Bigot, l’ambassadeur de France en Israël, leur a offert le gîte durant trois jours dans sa jolie résidence avec vue sur la mer.

Attends, c’est vachement sympa de la part de l’État, en cette période de crise, d’accueillir les jeunes mariés qui n’ont pas un rond. Après le mariage pour tous, le voyage de noces pour tous. Pour la destination, il n’y a que l’embarras du choix, et rien que de la prestation haut de gamme. On connaissait les Relais & Châteaux, découvrez les Ambassades & Consulats. Décidez-vous, les jeunes. Je ne sais pas, moi, le palais Farnèse à Rome, ça vous tente ? Bingo ! Offert par la princesse. Attention, Christophe Bigot précise bien que, dans la prestation, le déjeuner et le dîner n’étaient pas compris, et que cela n’a donc pas coûté grand-chose. Pas grave, bed & breakfast, c’est déjà super. Pour le reste, on fera des sandwichs.

Parce qu’évidemment, il n’est pas possible que d’autres tourtereaux soient exclus de ce nouveau service public au motif qu’ils ne seraient « que » hétéros. Vous connaissez le gouvernement, la lutte contre les discriminations sexuelles, ça lui tient tellement à cœur.

Cela n’a échappé à personne, la loi est passée. Eu égard au climat tendu et aux fractures dans le pays qu’elle a occasionnées, on aurait pu imaginer que les « pro mariage pour tous » auraient le triomphe modeste. Qu’ils ne la ramèneraient pas trop, dans un esprit d’apaisement. Penses-tu. Nananananère, bisque, bisque rage. Comme s’ils n’étaient pas tant intéressés par l’idée du mariage que par celle de prendre leur revanche. De faire mordre la poussière au camp d’en face. Les flonflons, la fanfare, les fleurs d’oranger (non, peut-être pas les fleurs d’oranger…), la retransmission télévisée urbi et orbi et, en sus, l’obligation via ses impôts de se cotiser pour la lune de miel !

Stratégiquement, humilier les vaincus, ne leur laisser aucune porte de sortie honorable est toujours la pire des politiques. Mais l’ennui, avec l’esprit de revanche, c’est qu’il aveugle l’intelligence. L’aigreur prend le pas sur la prudence. La prudence qui aurait consisté par exemple à donner aux maires une issue de secours en leur laissant la liberté de conscience, comme l’avait pressenti Hollande. Ce qui aurait évité au gouvernement de se fourrer tête baissée dans l’insoluble merdier d’Arcangues. Vous ne connaissez pas Arcangues ? Son école aux volets bleus, ses parties de pelote basque, et son maire têtu comme vingt mules, qui, pendant qu’à Tel Aviv Christophe Bigot beurrait les tartines de Vincent et Bruno, déclarait tout de go que ni lui ni aucun de ses adjoints ne marieraient les homosexuels qui en avaient fait la demande dans sa commune. Valls et Belkacem tempêtent, menacent, vitupèrent, roulent de gros yeux ; rien n’y fait, Jean-Michel Colo n’en démord pas : on peut toujours l’envoyer en prison, cela ne changera rien. À la mairie d’Arcangues, les marques de soutien affluent de toutes parts pour soutenir ce Thomas More du Sud-Ouest. Et combien d’autres maires Courage vont sortir de l’anonymat pour se lever comme lui ?

Bon. Et une fois que, parmi les serviteurs de l’État, on aura séparé le bon grain de l’ivraie, tressant des couronnes de lauriers aux diplomates éclairés comme Christophe Bigot et collant en taule les maires obtus comme Jean-Michel Colo, on pense vraiment que l’on aura réglé ce sac de nœuds, ce micmac sans nom, cette invraisemblable pétaudière qu’est devenue l’instauration du mariage gay en France?

Gabrielle Cluzel

Les commentaires sont fermés.