Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 septembre 2013

Le mot d'Erik FAUROT

Entre Peppone et Tartarin.

 

Une de nos équipes militantes était aujourd'hui présente à GIAT à l'occasion des 7èmes forestières du Massif Central afin de distribuer des tracts comme nous en avons l'habitude lors des marchés ou des foires de pays.

L'accueil de la population fut comme toujours très chaleureux.

Il n'en fut pas de même de la part du maire de cette commune qui tira de son chapeau un arrêté municipal interdisant ce genre de pratiques et exigea d'un ton aigre que nos militants abandonnent le terrain.

Ce maire sans étiquette (tant il est difficile d'assumer d'être de gauche par les temps qui courent) aurait dû en toute logique afficher son arrêté afin de s'éviter une situation pénible dans le rôle du vigile anti-liberté d'expression.

Malgré cet oubli fâcheux, nos frontistes, soucieux de ne créer aucun incident, se sont retirés du lieu de la manifestation...pour aller se délester de leur littérature salvatrice dans chacune des boîtes aux lettres du village.

L'édile courroucé de constater que le Front National est chez lui partout dépêcha enfin la maréchaussée afin de parfaire son nettoyage politique du jour et s'assurer que les porte-parole de Marine Le Pen quittaient bien sa petite enclave cubaine au cœur de l'Auvergne.

Cette histoire tristement banale d'un petit garde-chiourme du système à l'héroïsme étriqué se termine à l'heure où nous rédigeons ces lignes par un appel téléphonique d'un couple de giatois qui, scandalisé par cette affaire, adhère au FN et ne manquera pas d'assurer à l'avenir la diffusion de notre message avec les adhérents de cette commune.

Commentaires

BIEN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Christian | samedi, 21 septembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.