Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 octobre 2013

Communiqué de Leif Blanc, délégué national du FN à la ruralité, l'agriculture et l'environnement

 
 

 

 

 

Suicides des agriculteurs : la tragédie oubliée

Le résultat de l'étude de l'Institut de veille sanitaire sur le suicide des agriculteurs vient mettre un chiffre de plus sur une réalité connue de longue date : le monde agricole est ébranlé depuis 2008 par une vague de suicide sans précédents. Hommes et femmes, ils seraient 500 exploitants à avoir mis fin à leurs jours entre 2008 et 2010. Un chiffre terrible qui semble pourtant en deçà de la réalité puisqu'une majorité de professionnels et de syndicalistes avançaient jusqu'alors le chiffre de 300 par an sur cette période.

Ce véritable fléau et la crise qui l'a engendré ne sont pas le fruit du hasard. La dérégulation des prix voulue par l'OMC et l'Union Européenne a frappé de plein fouet les éleveurs français laissés sans défenses efficaces dans la bataille impitoyable que se livrent les industriels et la grande distribution pour maintenir des prix bas tout en préservant leurs marges, le tout sur fond de marchés mondiaux des matières premières que la spéculation a rendu extrêmement volatiles. Pris en tenaille entre des prix de vente insuffisants et des coûts d'alimentation très élevés,   nombre d'éleveurs se sont vu contraints de produire à perte.

La modeste baisse des coûts de l'alimentation animale enregistrée ces derniers mois, pas plus que la hausse des cours de la viande et du lait ne doivent laisser penser que cette crise meurtrière est passée. Les éleveurs laitiers à bout de trésorerie doivent maintenant rembourser les avances perçues par les industriels lorsque les prix étaient au plus bas, quand les producteurs de viande continuent de subir la concurrence déloyale de pays européens à faibles coûts de main d'oeuvre.

L'urgence n'est pas de promettre des lendemains qui chantent tout en déplorant, la mine triste, les résultats monstrueux de politiques sciemment choisies et imposées. L'urgence, la seule, est de mettre en place une véritable politique agricole apte à garantir aux agriculteurs français des prix rémunérateurs pour leurs productions tout en les protégeant des excès d'un marché mondial devenu fou et du dumping social de certains pays concurrents.



08:08 Écrit par fnpuydedome dans COMMUNIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.