Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 octobre 2013

Election de Brignoles : Analyse du scrutin par Marine Le Pen

 
 

 

306472_2368569208472_1077696028_32835770_695425297_n.jpg

 

 

L’élection partielle de Brignoles suscite de nombreux commentaires, de la part de politiques et d’observateurs.

Je souhaite face à la confusion ambiante apporter quelques éclairages sur la signification et la portée de ce scrutin.

1. Un plafond de verre a sauté : c’est la première élection partielle depuis 2012 que le FN remporte, alors même qu’une pression politique et médiatique considérable s’est exercée sur les électeurs du canton, souvent sommés de faire barrage au FN. Cela prouve qu’en dépit d’un mode de scrutin injuste (le scrutin majoritaire à deux tours) que nous voulons voir remplacé partout par la proportionnelle, le FN parvient désormais à avoir des élus. Face aux agités de l'UMP et du PS qui ne parviennent plus à masquer leur affolement, les électeurs de Brignoles ont fait le choix hier d'une République apaisée.

2. Ce scrutin confirme la mort du front dit « républicain ». Après les partielles de Villeneuve-sur-Lot et de l’Oise, il apparaît dans le canton de Brignoles que l’appel coalisé des différents partis politiques, auquel s’est même joint celui d’un candidat du PDF, à voter pour le candidat UMP n’a pas permis la défaite du FN. Il est, vu la progression des voix entre le premier et le second tour pour le FN (+2314 voix, la baisse de l’abstention concernant 2926 personnes), certain que des électeurs venant de tous les partis représentés au premier tour ont choisi de se reporter sur Laurent Lopez. La seule augmentation de la participation ne peut expliquer le gain de voix obtenu par le FN entre les deux tours.

3. Le fait que le FN ait remporté ce canton en 2011 (alors que la pression politique et médiatique sur ce canton était bien moindre) ne justifie pas qu’on relativise les résultats d’hier : avec 5031 voix, le score de Laurent Lopez dépasse largement celui de 2011 (4407 voix), celui de 2012 lorsque l’élection a été rejouée (4180 voix), et il devance même le nombre de voix que j’ai personnellement obtenues dans ce canton à la présidentielle de 2012 alors que la participation y était bien supérieure (4647 voix). Cela signifie qu’en nombre de voix comme en pourcentage, ce canton n’a jamais autant voté FN qu’hier.

4. Il découle des éléments précédents que le FN profite d’une participation élevée, et non, comme on le lit encore trop souvent, d’une abstention forte. C’est une erreur d’analyse fréquemment faite, et sans doute intentionnellement, que de dire que le FN fait ses meilleurs scores dans les élections abstentionnistes. Il apparaît à l’inverse que trop d’électeurs potentiellement FN s’abstiennent aux élections en France, notamment lors des premiers tours. Rappelons que le meilleur score du FN à la présidentielle, en 2012, a été obtenu alors que l’élection avait été faiblement abstentionniste. Il en ressort ainsi que le Front National est aujourd'hui le seul mouvement capable de ramener des abstentionnistes aux urnes, en suscitant une réelle espérance.

5. La forte progression entre les deux tours de scrutin à Brignoles, comme déjà à Villeneuve-sur-Lot ou dans l’Oise, prouve que le vote FN ne peut plus être considéré comme un vote protestataire. Sauf à considérer que les électeurs FN sont dépourvus d’un cerveau, ils votent, comme les autres, et peut-être aujourd’hui même plus que les autres, en faveur du candidat de leur choix, celui qui représente le mieux leurs idées.

Nous ne nions pas le fait que l’élection de Brignoles n’est qu’une élection partielle sans portée nationale immédiate, ce que nous avons toujours reconnu.
Mais il convient, pour être honnête, au vu des éléments ici rappelés, de relever que l’élection de Brignoles a une signification politique qui va au-delà des simples résultats observés dans ce canton. Ce scrutin s’inscrit en effet dans une dynamique observée depuis plusieurs mois au niveau local, dans différentes portions du territoire national, qui laisse présager de bons résultats pour le FN aux élections municipales de 2014.
Par ailleurs, cette dynamique locale du FN se nourrit d’une dynamique nationale incontestable. Hausse des adhésions, intentions de vote plaçant le FN en tête aux élections européennes, augmentation de l’affluence aux réunions publiques : tout concourt à montrer que le FN, en plus d’être désormais considéré comme le seul parti d’opposition à l’UMPS, renforce ses chances de devenir le premier parti de France.

 

18:17 Écrit par fnpuydedome dans COMMUNIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.