Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 novembre 2013

"Cyber Bougnat" évoque la candidature FN à Clermont-Ferrand aux municipales.

(Le texte est reproduit sans correction de l'orthographe ni de la syntaxe)

 

 

"Absent des élections municipales à Clermont-Ferrand depuis près de 20 ans, la dernière liste date de 1995, le Front National présentera une liste en mars prochain sous l’étiquette du Rassemblement Bleu Marine.

Erik Faurot, secrétaire départemental du Front National du Puy de Dôme, justifie ces absences dans les précédentes élections par l’incapacité de faire une liste les années précédentes avec un manque de membres en dehors des cadres. Mais il ajoute que cette année « il n’avait eu aucun mal et que des candidats se proposent. » Le Front National sera aussi présent à Issoire et Lempdes.

Un signe pour lui comme pour Louis Aliot, vice-président du Front National qui avait fait le déplacement à Clermont, que le parti est en cours de « normalisation et non pas de banalisation. » Ils considèrent aussi tous les deux que le parcours de leur tête de liste est assez emblématique du Rassemblement Bleu Marine. Antoine Rechagneux n’est en effet adhérent au Front National que depuis le mois de juillet 2013.

Agé de 45 ans, il se présente comme conseil en urbanisme après avoir été agriculteur ou avoir tenu un bar à Bordeaux ou travaillé à Paris. Il a vécu à Clermont de 1996 à 2001 puis depuis 2007. Observateur de la vie publique locale, il a ainsi rédigé un projet hors de tout parti, qu’il a présenté au Front National qui lui a alors proposé de l’investir « pour défendre son bébé. » La numéro 2 sur la liste devrait être Anne Faurot. Le candidat confirme toutefois que si la liste est complète, il reste encore quelques détails à régler concernant l’ordre.

Famille et projet urbain

Pour cette campagne, Antoine Rechagneux « souhaite avant tout conserver l’authenticité de Clermont. » Il a d’abord fait un bilan de la gestion socialiste et souhaite lancer le débat des élections en insistant dessus, notamment les dettes de la ville, la gestion de Clermont Communauté ou du SMTC. S’il est élu maire, ce dernier serait d’ailleurs dissolu. Il dénonce aussi le clientélisme et la surfacturation dans les marchés publics des travaux, achat des cantines...

Son programme s’appuie aussi sur la famille, que le Rassemblement Bleu Marine place au coeur de cette campagne : tarif des cantines, aides sociales personnalisées, « s’occuper d’abord des clermontois avant du reste du monde. » Il annonce aussi un grand projet urbain qui s’appuie sur un forte action sur le logement sociale avec la vente d’une partie du parc et l’équilibrage entre logement locatif et accession à la propriété.

Il propose aussi la démolition de la muraille de Chine, la transformation des terrains libérés par Michelin au Carrefour des Pistes en pôle d’échanges et de commerce avec notamment la promotion des territoires d’Auvergne.

Il souhaite aussi que les enseignants soient sensibilisés à la culture auvergnate « car il n’est pas normal que certains artistes et écrivains auvergnats ainsi nos traditions ne soient pas mis en valeur. » Il cite ainsi Fernand Raynaud, Jean Anglade, Jean Prachinetti ou Patrick Bouffard car « la culture du terroir n’est pas assez valorisée. »

« Entrée inéluctable »

Reste maintenant à estimer le poids que peut représenter le Front National. Pour Louis Aliot, « les enquêtes d’opinion montrent partout en France une progression importante et identique dans toute la France. » Il considère donc qu’ « il n’y a aucune raison que l’Auvergne ne vote pas autant pour son parti que d’autres régions françaises et se hisse à la moyenne nationale. »

Ici comme ailleurs, le parti de Marine Le Pen vise donc les 10%, score qui lui permettrait de se maintenir au second tour et obtenir des élus. Louis Aliot juge ainsi l’entrée du Front National au conseil municipal de Clermont-Ferrand, tout comme dans les autres collectivités départementales et régionales, inévitable..."

Les commentaires sont fermés.