Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 février 2014

1 € pour les fans de Michael Jackson : la justice française a fumé la moquette

mj-michael-jackson.jpg

 

 

Conrad Murray a été condamné à verser un euro symbolique à cinq fans du chanteur pour « préjudice affectif » !

Par Joris Karl - Boulevard Voltaire. www.bvoltaire.fr/

 

C’est à croire qu’une méga bombe atomique a dévasté la justice française il y a quelques mois. Depuis, au milieu des décombres, des êtres zombies — jadis appelés « juges » — rendent des verdicts tous plus radioactifs les uns que les autres. Au compteur Geiger de la folie, ça sonne de plus en plus fort.

Pour preuve, on avait eu le jugement matraque qui concernait le, certes, décérébré lanceur de chat (un an ferme). Jugement que l’on pouvait comparer avec les milliers d’agressions ou de viols ayant à peine mérité à leurs auteurs un bref tirage d’oreille. On a maintenant la décision limite science-fiction rendue mardi par le glorieux tribunal d’Orléans : le médecin de feu Michael Jackson, Conrad Murray, reconnu coupable de la mort du king de la pop, a été condamné à verser un euro symbolique à cinq fans du chanteur pour « préjudice affectif » !

« Préjudice affectif ». Même un roman d’anticipation complètement destroy n’aurait osé sortir ce bidule juridique. La justice française, qui n’a plus crainte de se ridiculiser depuis fort longtemps, a franchi tranquillement le Rubi… con. Dans cette « affaire » pitoyable, le magistrat a en effet estimé que les cinq requérants avaient apporté la preuve du préjudice subi « à l’aide de témoignages, voire de certificats médicaux ».

Une magnifique victoire pour ces membres de la Michael Jackson community qui espèrent désormais une décision de justice favorable pour leur permettre de se rendre sur la tombe de Michael Jackson, à Los Angeles, actuellement réservée aux proches. L’avocat des plaignants, Maître Ludot, a avoué que « la procédure a été l’objet de moqueries. Je respectais la souffrance des plaignants, mais cette démarche n’a pas été facile du fait de nombreux ricanements ». Sans blague ? Que ces « plaignants » fasse perdre leur temps à une justice totalement débordée est une chose, mais cela témoigne aussi de l’extrême « bisounoursitude » de la société française. Nous pourrions faire le parallèle avec ces parents de soldats français récemment tombés au champ d’honneur : ils ont voulu attaquer l’État parce que ce dernier les aurait envoyés dans un endroit dangereux. Des soldats qui risquent leur vie, vous n’y pensez pas ! Alors maintenant, des fans chagrins parce que leur star préfabriquée n’est plus là pour faire tourner l’usine à tubes, rendez-vous compte !

 

Interrogée par lefigaro.tv, la présidente de la « community », Myriam Walter, l’a dit : « Ça fait deux ans qu’on se bataille pour ce procès (sic). »Son tatouage « MJ » planté au-dessus du sein, Myriam, 56 ans, qui n’a évidemment jamais rencontré Michael, était émue jusqu’à l’os : « J’ai connu Michael. J’ai grandi avec lui [...] Même si je suis illuminée, j’en suis fière. »Maintenant, elle rêve de l’érection d’une statue de la divinité à Paris !

 

 

03:33 Écrit par fnpuydedome dans JUSTICE | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Comme le disait si bien Brassens dans sa chanson: "quand on est con, on est con"!

Écrit par : Occitan | vendredi, 14 février 2014

Répondre à ce commentaire

Cet article révèle la grave descente au sous-sol de la condition humaine que nous vivons depuis quelques décennies. L'idolâtrie appliquée à Michael JACKSON (ou plutôt JACKS"OFF" désormais)trahit la pauvreté des références de l'humain moyen et aussi, c'est plus grave, la facilité grandissante qu'il y a à le manipuler. En effet, il n'y a derrière la personnage du "Roi de la pop" aucune profondeur philosophique, aucune doctrine, bref, aucune référence intellectuelle ou mystique. Se choisir cet homme comme icône divine, c'est agir comme le primitif qui adore la bouteille de Coca-Cola rejetée par la mer sur sa plage du bout du monde, parce qu'elle brille, parce qu'il n'avait jamais rien vu de tel auparavant ou parce qu'elle fait du bruit quand on souffle sur son goulot. Par conséquent, un système bien organisé et désireux de maintenir une emprise absolue sur ses sujets se réjouit de leur indigence intellectuelle. C'est, je crois, le cas de notre système, qui à coup sûr se frotte les mains devant de telles attitudes.

Écrit par : Herlobert | samedi, 15 février 2014

Répondre à ce commentaire

Tu as raison, les dieux sont tombés sur la tête! :)

Écrit par : Occitan | mardi, 18 février 2014

Les commentaires sont fermés.