Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 mars 2015

Communiqué de Gilles FERRIERE, candidat FN sur le canton de Billom.

Comme nombre d'entre-nous ont pu le voir, j'ai fait l'objet d'un article particulièrement sévère de la part du journal Libération dans lequel il est question de propos tendancieux que j'aurais tenu sur une page Facebook. Chacun a d'ailleurs pu remarquer qu'un certain nombre de médias semblent, durant ces dernières semaines, occuper tout leur temps à chercher des raisons de stigmatiser les candidats du Front National.

En l'occurrence, il se trouve que n'étant pas un adepte de la communication par Internet, je ne dispose d'aucune page sur Facebook, pas plus que sur les autres réseaux sociaux. Le "Gilles Ferrière" incriminé est donc un homonyme et il fut facile d'en établir la preuve.

Sans doute trop empressé dans son désir de nuisance, grisé par la perspective d'une hypothétique médaille délivrée par le système, notre journaliste de Libération n'a pas vérifié ses informations et a jeté l'opprobre sur un candidat de toute façon déjà coupable à ses yeux d'appartenir au FN.

Ceux qui me connaissent savent que je ne l'entends pas de cette oreille, ceux qui ne me connaissent pas vont l'apprendre, j'ai donc déposé une plainte en bonne et due forme et j'attends à cette heure qu'il me soit rendu justice de cette diffamation.

Je suppose que Libération ne manquera pas de rattraper cette lamentable erreur en inscrivant en caractère gras dans ses colonnes le score que nous réaliserons dans le canton de Billom au soir du premier tour de scrutin...

La meute du système peut aboyer, la caravane FN n'a pas fini de passer.

Gilles FERRIERE

 

Commentaires

Il fut un temps où le journalisme politique s’arrêtait au-dessus de la ceinture et s’apprenait dans des écoles...Mais ça c’était avant!

Écrit par : Patrick | samedi, 07 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.