Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 juillet 2012

Front de Gauche : Les raisons d’un échec

Dimanche soir, sur TF1, on eût pu croire que Mélenchon était sous Temesta* ou qu’il venait de s’extraire des débris fumants d’un crash aérien.

Interviewé en visioconférence avec Marine Le Pen, l’homme à la cravate rouge, hirsute, hagard, déconfit, hésitait entre la grimace d’une gargouille et les ricanements du Joker de Batman.

Voir lci.tf1.fr

Même si son corpus intellectuel l’empêche de saisir toutes les raisons de sa défaite, le Leader Mínimo finit par concéder « Elle (Marine Le Pen) a un travail de dix ans devant des incapables et des bons à rien (les socialistes d’Hénin Beaumont) qui n’ont pas su endiguer sa progression ». L’art d’éluder ses responsabilités sur autrui n’acquitte jamais les opportunistes de devoir rendre des comptes devant les électeurs. Un jour ou l’autre.

Outre le sort personnel de Jean-Luc Melenchon, expulsé dès le premier tour comme un mauvais greffon, c’est toute la stratégie du Front de Gauche qui s’est, dimanche dernier, fracassée sur les raisons objectives et subjectives d’une défaite annoncée.

Les origines de ce fiasco sont multiples et leur combinaison redoutable. Tout commence au départ par une série de mauvais calculs.

*****

A la veille des dernières élections présidentielles s’est posée la question de savoir comment l’étrange attelage Parti de Gauche-PCF pouvait progresser indépendamment de ses encombrants alliés socialistes. Il s’agissait, sans doute, de ne pas "trop" combattre l’UMP en espérant qu’une défaite du Parti Socialiste ouvrirait un boulevard politique à Mélenchon et ses amis.

Symétriquement, comme il fallait bien ferrailler contre quelqu’un pour quelques sesterces du système, le choix de l’adversaire était tout désigné : Le Front National, éternel bouc émissaire des pharmacopoles de la Place du Colonel-Fabien.

« Combattre le Front National, c’est aussi combattre l’ump, ainsi je fais coup double » (dixit Mélenchon).

On connaît la suite de cette mauvaise plaisanterie.

Malgré des résultats aux Présidentielles, bien en dessous des ambitions annoncées (11,1 % au lieu des 15 attendus), la Direction du Front de Gauche a décidé de poursuivre son saugrenu combat "Front contre Front" et s’est lancée dans la bataille des Législatives sans véritables alliés (surtout pas les incapables et bons à rien du PS).

Avec 1,8 millions de voix et une douzaine de députés annoncés (contre 21 dans l’Assemblée Nationale sortante) le Front de Gauche risque de sortir sans groupe parlementaire et affaibli par cette aventure politique. Quant au Parti de Gauche, il voit tous ses candidats (ou presque) éliminés dès le premier tour.

Dans le cadre des institutions politiques de la Cinquième République, à l’instar du Modem, on peut considérer que la capacité de survie d’une formation politique étrillée, isolée et coupée de sa base sociale originelle, est plus qu’hypothétique. Bon épousseteur du capital moribond, le soldat Mélenchon a accompli la tâche confiée par ses maîtres avec un dévouement véritablement canin. En fin survivaliste, il saura écouter les conseils avisés de ses camarades du PC qui salivent depuis longtemps sur quelques marocains ministériels.

***** On constate là les limites de l’antifascisme anachronique et opportuniste des vieilles directions ouvrières en décomposition. Nous ne sommes pas en 1932, en Allemagne, sous le Gouvernement Brüning. Le Front National n’est pas le NSDAP. Quant au Front de Gauche, cadavre faisandé du boboïsme post-soixante-huitard, il est loin d’avoir l’assise populaire du PC allemand (KPD) sous la République de Weimar. Le cauchemar frénétique de conscientisation forcée des ouvriers par une direction d’intellectuels petit-bourgeois à un mauvais parfum d’infantilisation : Une bonne tapette à ces polissons égarés. Hop ! Qu’on fasse entrer dans les rangs du peuple de gauche le peuple d’en bas. Quant aux récalcitrants, ils n’auront qu’à raser les murs...

Après des décennies de trahison de la gauche cosmopolite et immigrationniste, beaucoup, qui comme moi sont issus d’un milieu dit "populaire", en ont assez des petits instituteurs rouges et de leur fantasmagorie antifasciste. C’est le sens du vote des électeurs de la 11ème circonscription du Pas-de-Calais au 1er tour des Législatives. Nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre que la Nation est le seul rempart, l’unique repère qui subsiste pour des millions de personnes déracinées de leur terre natale ou acculturées dans leur propre pays par la mondialisation. L’échec du Front de Gauche préfigure la déroute de leurs cousins socialistes avant la fin de la prochaine législature. La crise économique qui gronde soulevera un rejet croissant et viscéral d’abandonner son clocher pour aller danser au bord d’un cratère avec les pantins Mélenchon, Hollande et Coppé.

Frédéric B.

15:51 Écrit par fnpuydedome dans LEGISLATIVES 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 18 juin 2012

Communiqué de presse d'Erik FAUROT

E  F.jpg

 

Nous ne pouvons aujourd’hui que nous réjouir des résultats obtenus par notre mouvement à l’occasion de ces élections législatives.

En effet si la bipolarisation que nous subissons depuis des années reste active, un nombre important de nos concitoyens depuis déjà plusieurs rendez-vous électoraux  montrent qu’ils souhaitent que cette situation change.

 Il apparaît d’ailleurs évident qu’avec un mode de scrutin véritablement démocratique, c'est-à-dire la proportionnelle intégrale, les aspirations de notre peuple seraient justement représentées et le Front National siègerait largement dans toutes les assemblées.

Malgré les dispositifs garantissant à l’UMPS l’exclusivité de l’exercice du pouvoir, le peuple a réussi ce soir à jouer des coudes pour forcer la porte de l’Assemblée Nationale et amorcer ainsi le travail de recomposition politique dont notre pays a grand besoin. Nous devons nous en féliciter, saluer l’effort militant accompli avec de maigres moyens financiers mais une volonté patriote inébranlable et saluer aussi celle qui a su insuffler à 6.5 millions des nôtres cette soif de reconquête : Marine LE PEN.

Déjà gagnante objective de l’élection présidentielle, sa dynamique sera reconnue demain par tous les médias qui concluront logiquement que l’évènement majeur de ces législatives de 2012 est bien l’élection de députés du Front National.

Il ne faut pas douter que les années qui viennent verront les tristes limites de la politique menée par nos gouvernants successifs des trois dernières décennies. Aujourd’hui, Marine LE PEN apparaît comme le chef naturel de la véritable opposition qui doit se mettre en place et proposer aux français les orientations nécessaires au redressement du pays.

C’est en elle, à ce titre, que nous plaçons toute notre confiance.

 

Erik FAUROT

Secrétaire départemental du Front National du Puy De Dôme.

Membre du comité central

samedi, 16 juin 2012

Sur le FN, Fillon recadre Morano, qui l'envoie paître (AFP)





"L'ancien Premier ministre reproche à Nadine Morano de n'avoir pas immédiatement raccroché, alors qu'elle pensait avoir été contactée par Louis Aliot - en fait l'humoriste Gérald Dahan.

François Fillon a désavoué vendredi Nadine Morano, piégée dans un dialogue avec un faux Louis Aliot, en jugeant dans un tweet que son ex-ministre «aurait dû raccrocher tout de suite car on ne parle pas aux dirigeants du FN».

«Nadine Morano aurait dû raccrocher tout de suite car on ne parle pas aux dirigeants du FN. Il faut rejeter tous les extrémismes, FN comme Front de Gauche», peut-on lire sur l’un des comptes Twitter de l’ancien Premier ministre, «@FillonParis2012», reprenant des propos tenus peu avant, lors d’un déplacement à Sorgues (Vaucluse) de soutien au candidat UMP Jean-Michel Ferrand, en lice contre, notamment, la nièce de Marine Le Pen.

Nadine Morano a très vite répondu sèchement à François Fillon en lui lançant, par tweet interposé : «François Fillon devrait dénoncer le délit pénal d’un Dahan militant socialiste. Pour le reste, je suis une responsable politique libre».

En ballottage difficile dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, l’ex-ministre de l’Apprentissage Nadine Morano a été piégée par l’imitateur Gérald Dahan se faisant passer pour le numéro deux du FN Louis Aliot, auquel elle a donné des signes appuyés de sympathie.

Sud Radio a mis en ligne dans la nuit de jeudi à vendredi cette séquence dans laquelle Nadine Morano dialogue avec celui qu’elle croit être le numéro deux du Front national. Elle lui dit que «bien sûr» l’UMP et le FN ont des intérêts communs et que «Marine Le Pen a beaucoup de talent» avant d’ajouter : «J’ai pas envie que ça devienne le Liban chez moi !»

L’ex-ministre a assuré vouloir porter plainte après ce canular."

(AFP)

vendredi, 15 juin 2012

A vos agendas!

Le samedi 30 juin au soir, la fédération du FN du Puy De Dôme organisera une rencontre militante sur Clermont Ferrand.

Vous connaîtrez bientôt les modalités exactes. Réservez dès maintenant votre soirée!

Nadine Mora...l'hameçon!

 Gerald DAHAN, se faisant passer pour Louis ALIOT, a contacté Nadine MORANO, édifiant...

 


15:19 Écrit par fnpuydedome dans HUMOUR, LEGISLATIVES 2012 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 12 juin 2012

Le Front national du Puy-de-Dôme ne se reporte sur aucun candidat (video)

 

Dans un communiqué, Le Front National du Puy-de-Dôme annonce qu’il ne soutiendra aucun autre candidat :
« Le front national, lui, ne doit rien à la compromission. Chaque voix obtenue est une adhésion à nos idées, que nous défendons face à l’ensemble du système en place et les députés FN qui siègeront à l’avenir n’auront à remercier que leurs électeurs.

Comment, dans ces conditions, donner ce qu’il est convenu d’appeler « une consigne de vote » ?
Nous ne cautionnons aucun des candidats en lisse pour le second tour dans notre département, les points communs qui les rassemblent étant plus nombreux que leurs divergences de vues. Ils veulent toujours plus d’Europe, donc plus de dette, toujours plus d’immigration incontrôlée, toujours moins de considération pour nos ressortissants que pour les étrangers y compris en situation irrégulière, toujours plus de laxisme à l’égard des délinquants et toujours plus de mépris pour les victimes, toujours pas de contrôle raisonné aux frontières pour protéger notre économie et notre agriculture, pour ne citer que les plus grands axes de leur entreprise de renoncement à la France.

Autant de fautes graves commises à l’égard de notre pays que le FN du Puy De Dôme dénoncera inlassablement jusqu’aux prochains rendez-vous électoraux. »

Erik Faurot, du Front National, sur le plateau de France3 Auvergne

 

Poussée du FN à Ambert aussi.

La MONTAGNE:

 

"Une poussée du FN (à Ambert)

Le candidat FN, Erik Faurot, termine à la quatrième place, tous bureaux confondus (8,79 % des voix), soit une courte tête devant la candidate PS, Martine Munoz (8,39 %) qui termine donc 5 e. Une donne inversée par rapport à 2007, où la candidate PS, avec 4,4 % des voix, était arrivée devant le candidat FN qui totalisait alors 2,1 % des suffrages. Cinq ans plus tard, le candidat frontiste frappe quatre fois plus fort.

Derrière eux, les six petits candidats se partagent le reste des voix, soit moins de 3 % des suffrages exprimés. Seul Hubert Constancias (EELV) dépasse 1 % des voix."

 

Félicitation de Marine aux candidats.

 

 

Chers Amis,

Au lendemain de ce premier tour des élections législatives qui fait de notre mouvement la 3e force politique du pays, je tenais à vous adresser personnellement mes plus vives et chaleureuses félicitations pour le combat que vous avez mené pendant cette campagne électorale.

Après l’élection présidentielle qui a fait naître un immense espoir de renouveau chez nos compatriotes, vous pouvez être fiers du résultat obtenu le 10 juin dans une élection rendueparticulièrement difficile par un mode de scrutin anti-démocratique.

A toutes et à tous qui avez porté haut les couleurs du Rassemblement Bleu Marine, je vous remercie du fond du coeur de l’engagement, de la détermination et du courage dont vous avez su faire preuve tout au long de cette campagne.

Aux candidates et candidats qui sont en lice pour le second tour, j’adresse tout mon soutien, mes encouragements et mes voeux de réussite dans la bataille que vous menez pour la France et les Français.

Bien à vous.

Marine LE PEN

 

lundi, 11 juin 2012

Législatives:Erik FAUROT sur FRANCE 3 AUVERGNE (à partir de 31'15'')

Communiqué de presse d'ERIK FAUROT

 

 

images.jpg

Le Front National du Puy De Dôme acte ce matin de la décision des électeurs de notre département de le placer dans une position bien plus confortable que celle des précédentes élections législatives.

En effet, avec un résultat 5 fois supérieur à celui de 2007, le FN affirme dans notre département comme dans le reste du pays une implantation que nos adversaires ne peuvent plus désormais feindre de ne pas voir.

Forts d’un projet politique en totale rupture avec les stratégies calamiteuses que nous devons subir depuis trop longtemps, nous avons su, au cours d’une campagne très active, expliquer à nos concitoyens qu’il n’y a pas de fatalité en politique et que l’on peut reconstruire ensemble une France à nouveau rayonnante et prospère. C’est le message d’espoir et de reconquête que nous délivre Marine LE PEN et que les français ont entendu ce dimanche, comme ils l’avaient entendu le 22 avril dernier.

Bien sûr, la mécanique bien huilée du système qui permet grâce à un mode de scrutin inique de priver une grande partie des votants d’une représentation significative à l’Assemblée va encore une fois fonctionner. C’est ainsi que nous verrons siéger des députés d’EELV par exemple, à la remorque du PS,  sans la seule légitimité que l’on puisse reconnaître à un élu : celle conférée par le nombre de voix rassemblées sur son propre programme.

Le Front National, lui, ne doit rien à la compromission. Chaque voix obtenue est une adhésion à nos idées, que nous défendons face à l’ensemble du système en place et les députés FN qui siègeront à l’avenir n’auront à remercier que leurs électeurs.

Comment, dans ces conditions, donner ce qu’il est convenu d’appeler « une consigne de vote » ?

Nous ne cautionnons aucun des candidats en lice pour le second tour dans notre département, les points communs qui les rassemblent étant plus nombreux que leurs divergences de vues. Ils veulent toujours plus d’Europe, donc plus de dette, toujours plus d’immigration incontrôlée, toujours moins de considération pour nos ressortissants que pour les étrangers y compris en situation irrégulière, toujours plus de laxisme à l’égard des délinquants et toujours plus de mépris pour les victimes, toujours pas de contrôle raisonné aux frontières pour protéger notre économie et notre agriculture, pour ne citer que les plus grands axes de leur entreprise de renoncement à la France.

Autant de fautes graves commises à l’égard de notre pays que le FN du Puy De Dôme dénoncera inlassablement  jusqu’aux prochains rendez-vous électoraux.

 

Erik FAUROT

Secrétaire départemental du Puy De Dôme

Membre du Comité Central

Candidat FN Rassemblement Bleu Marine de la 5ème circonscription