Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 mai 2014

Dominique MOREL réintégré par la FNCR

La MONTAGNE:
 
"Un cadre du Front national vient d'obtenir gain de cause : le tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand a annulé la décision prise par la Confédération nationale des salariés de France-Fédération nationale des chauffeurs routiers (CNSF-FNCR) de l'exclure.

Le tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand vient d’annuler la décision de la Confédération nationale des salariés de France-Fédération nationale des chauffeurs routiers (CNSF-FNCR) d’exclure l’un de ses membres, Dominique Morel, cadre du Front national.

L'affaire remonte à janvier 2013. Dominique Morel, alors chauffeur routier, se voit retirer sa carte et son mandat de délégué syndical au sein de la FNCR. L’organisation, qui se veut apolitique, reproche à son adhérent de confondre militantisme FN et engagement syndical.

Pas dans les statuts

Or, pour la justice, saisie par Dominique Morel, la CNSF-FNCR ne peut prononcer une quelconque sanction disciplinaire et encore moins de procédure d’exclusion, dans la mesure où ni l’une ni l’autre ne sont prévues dans ses statuts. Le tribunal constate par ailleurs que le délégué syndical a été exclu le jour où la décision lui était notifiée. De fait, il n’avait pas la possibilité de se défendre.

« C’est une grande victoire pour moi et pour tous les salariés dans mon cas », se réjouit Dominique Morel, élu récemment conseiller municipal à Issoire. « Un syndicat ne peut pas exclure ses membres pour ses idées politiques ou religieuses. »

 

Raymond Pigeon, secrétaire confédéral de la FNCR, se dit « désabusé ». « Aujourd'hui, si un organisme, parce que ce n’est pas inscrit dans ses statuts ne peut plus prendre quelque position que ce soit, je ne sais pas comment faire », commente-t-il.

La décision du syndicat de faire appel ou non sera prise en conseil fédéral.

Olivier Choruszko"

mardi, 07 janvier 2014

En direct de beauf-land.

"Des bousculades, des menaces de mort, une plainte et une enquête. La fête a tourné à la foire d'empoigne dans un hypermarché Leclerc de Nîmes (Gard), selon le quotidien Midi-Libre.

 

Les faits se déroulent le 14 décembre dernier, rapporte le quotidien : l'enseigne fête l'agrandissement de ses locaux et décide d'organiser un jeu-concours sous forme de loterie. Un animateur remet aux clients des tickets de jeu à valider dans une machine, laquelle affiche ensuite «cadeaux», «bon d'achat», «voiture» ou «perdu».

 

Une voiture au coeur de la discorde 

 

L'animateur aurait laissé entendre que le principal lot, une Alfa Romeo d’une valeur de 12 000 euros, serait gagnée à partir de 17 heures. C'est alors que l'excitation monte que la file, pourtant encadrée par des barrières et vigiles. Un groupe de jeunes se serait immiscé dans la queue sans attendre son tour, et l'un d'eux aurait remporté finalement la voiture tant convoitée, a témoigné une cliente qui a finalement porté plainte.

 

Selon celle ci, sa mère «a crié que tout cela était truqué. Ces jeunes l’ont alors injuriée et l’un d’entre eux, qui était un copain du gagnant, a jeté une barrière dans sa direction. Il a voulu la frapper et avant qu’il n’y parvienne, je me suis interposée. Il m’a donné un coup de pied puis m’a écrasé la cheville assurant qu’il allait me buter», a-t-elle raconté à Midi-Libre. Une enquête a été ouverte suite au dépôt de plainte.

 

Gênée et dépassée par les événements, la direction de Leclerc assure que pour le prochain jeu, ils mettront à disposition des joueurs une urnes pour les tickets.

 

LeParisien.fr"

jeudi, 02 janvier 2014

Louis ALIOT sur Public Sénat

02:19 Écrit par fnpuydedome dans REVUE DE PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

mercredi, 01 janvier 2014

Iliass Azaouaj menace depuis la Syrie :...

 ...« Le tour de la Belgique et de la France viendra bientôt ! »

Toujours présent en Syrie, l’un des plus farouches membres d’al-Qaïda et de Sharia4Belgium, Iliass Azaouaj, poursuit ses menaces d’attentat en Belgique et en France. Il a posté un nouveau message sur Facebook suite aux récentes attaques en Russie.

L’imam de 22 ans, actuellement exilé en Syrie après plusieurs années en Belgique, continue ses menaces d’attentat sur Facebook. Et bien qu’il soit suivi par quelques centaines de personnes, les messages se veulent toujours aussi menaçants.

« Ce qui s’est produit à Volgograd, en Russie, n’est que le début d’une série de nouveaux cauchemars bientôt vécus par les États mécréants et injustes en réponse à leur oppression », lance-t-il. « Le tour de la Belgique et de la France viendra bientôt, ceci est une promesse et le croyant ne trahit jamais un engagement ! »

 

Il poursuit, sur l’idée que l’attentat de Volgograd viendrait également d’al-Qaïda : « Les Russes n’ont pu déjouer cet attentat malgré leurs services de sécurité. Les Belges et Français n’y pourront rien non plus. Fini le temps où l’on achetait des informateurs, fini le temps où l’on faisait confiance à tout le monde. Maintenant, on ne joue plus, on ne rigole plus, on passe à l’action ! »

En Syrie depuis le mois d’avril, Iliass Azaouaj, ancien habitant d’Anderlecht, est revenu au centre de l’actualité le mois dernier en publiant sur Twitter et Facebook une photo de lui avec la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet. Il assure également avoir des informations secrètes sur la sûreté de l’État…

Source: Sudinfo.be

samedi, 28 décembre 2013

Un papa et une maman?

Source: "Le Nouvel Obs"

 

"Les aptitudes sociales et comportementales d'un enfant sont affectées par l'absence du père. Cette constatation chez la souris serait transposable chez l'homme. 

L'absence du père pénalise le développement de l'enfant

 

Plusieurs études ont confirmé que la présence d’une mère est importante pour la croissance et l'épanouissement d'un enfant. Mais qu’en est-il du père ? C’est la question que se sont posée des chercheurs du Centre Universitaire de McGill (Canada). Leurs recherches, publiées ce 4 décembre dans la revue Cerebral Cortex, ont étudié l’effet de l’absence paternelle chez les souris.

 

Des souris plus agressives

L’équipe canadienne a comparé le comportement social et l’anatomie cérébrale chez deux groupes de souris bien particulières. « Nous avons utilisé des souris de Californie qui est une espèce monogame, comme certaines populations humaines, chez laquelle les deux parents participent au soin de leurs petits, » affirme l’auteur principal de l’étude, Dr Gabriella Gobbi. Le premier groupe a grandi avec ses deux géniteurs, le second a été élevé par la mère uniquement.

 

Les chercheurs ont découvert que les souris dont le père était absent se développent moins bien sur le plan mental. Elles sont plus agressives et leurs interactions sociales sont anormales. Comment l’expliquer ? L’équipe a remarqué que les bébés souris privés de père ont des anomalies au niveau du cortex préfrontal. 

Cette partie du cerveau permet de contrôler l’activité sociale et cognitive, ce qui correspond à ces altérations du comportement. Par ailleurs, chez les souris femelles du second groupe, ces tendances à développer un comportement déviant étaient plus importantes que chez leurs frères. Elles étaient plus sensibles à l’amphétamine, un médicament stimulant.

 

 « Un bon modèle » pour l’homme

L’équipe de l’université McGill déduit de ces recherches que l’absence de père pendant les périodes critiques du développement entraîne une altération des aptitudes sociales et comportementales chez les sujets souris adultes. Cette étude n’a pas été menée chez des êtres humains pour une raison très simple : il est possible de contrôler entièrement l’environnement des souris, donc de compenser certains facteurs. « Les études de laboratoire sur des souris peuvent donc être plus faciles à interpréter que celles sur les humains, chez qui il est possible de contrôler toutes les influences pendant le développement, » explique Francis Bambico, auteur principal de l’étude.

 

« Même si notre étude a été menée sur des souris, les résultats sont d’une extrême pertinence pour les humains, » précise le Dr Gobbi. En effet, les troubles du comportement observés chez la souris de Californie correspondent aux études menées chez des enfants humains élevés sans leur père. Ces enfants développaient plus souvent un comportement déviant et abusaient de substances psychoactives. « Ces constatations laissent croire que les souris constituent un bon modèle pour comprendre le mode d’apparition de ces effets chez l’humain », s’enthousiasme la chercheuse. Les résultats permettent de rappeler l’importance de la présence des deux parents chez certaines espèces, et devrait inciter les psychologues à tenir compte de ce facteur qui influence la santé mentale de l’enfant."

vendredi, 06 décembre 2013

Bientôt dans votre université

 

Le Figaro évoque la création prochaine d'une structure du RBM spécialement tournée vers les étudiants.


"Après le collectif «Racine», destiné à s'ancrer dans le monde enseignant, le Rassemblement Bleu Marine entend lancer le collectif «Bara» qui s'intéressera aux étudiants.

 

Sous la houlette du Rassemblement Bleu Marine initié par le Front national, un nouveau collectif destiné à pénétrer la société civile est en cours de préparation. Cette fois, l'objectif est de s'adresser à toutes les sensibilités du monde étudiant. La présentation de ce collectif devrait intervenir à la fin du mois de janvier ou dès le début du mois de février et pourrait porter le nom de «Bara» ou «Barra», en référence au jeune héros légendaire de la Révolution française mort à l'âge de 14 ans, François Joseph Bara.

 

Après le collectif «Racine», créé à destination du monde enseignant et lancé officiellement en présence de Marine Le Pen le 12 octobre dernier, la nouvelle structure est en train de désigner ceux qui en seront les porte-parole. «Le but est d'inviter les jeunes à réfléchir sur la jeunesse dans notre société», explique Mathilde Palix-Androuet, chargée de piloter l'organisation de ce lancement. Elle ajoute: «Ce club de réflexion veut également essayer de définir ce que la jeunesse peut apporter en politique avec, dans un premier temps, des objectifs de productions intellectuelles (tribunes, propositions…). Il est ouvert à tous les partis intéressés par ces sujets portés par une jeunesse patriote et souverainiste.» Le noyau dur du projet serait constitué actuellement d'une vingtaine de membres mais l'objectif est d'élargir l'audience du collectif au-delà du Front national jeunesse (FNJ) en tissant des liens avec d'autres mouvements jeunes.

 

Au sein du FNJ, Mathilde Palix-Androuet, 29 ans, encartée depuis 2011, est chargée de piloter les réflexions et les préparations de ce collectif. Adjointe du président du Front national jeunesse Julien Rochedy, elle sera investie à Houilles dans les Yvelines lors des prochaines élections municipales et travaille parallèlement dans le domaine de la communication. La jeune diplômée de Sciences Po (Aix et Paris) est aussi présentée parfois comme un transfuge de la gauche parce qu'elle collabora un temps en stage au sein de Terra Nova, un laboratoire d'idées proche du Parti socialiste.

 

À l'image des collectifs étudiants et enseignants, d'autres idées concernant les jeunes actifs et le monde hospitalier pourraient se développer au cours des prochains mois. Sur le même principe, le Rassemblement Bleu Marine pourrait encore investir des domaines tels que l'environnement et le développement durable ou l'industrie. L'ambition pour le Front National est de se donner des outils pour s'immerger le plus possible au cœur de la société civile.

 

Aujourd'hui, le collectif «Racine» affirme avoir déjà reçu près de 350 demandes d'adhésion. Sous le statut d'association réunissant des professionnels de l'enseignement, la structure a fixé l'adhésion annuelle à 20 euros par an. «Nous avons réussi notre lancement et nous répondons à une aspiration dans un milieu professionnel très verrouillé idéologiquement», confie Yannick Jaffré, secrétaire du collectif, en annonçant la création d'une section départementale dans le Var, animée par un agrégé de physique et ex-UMP, Jean-Bernard Formé. Trois autres sections sont prévues à Paris, Nantes et Lyon. Chaque section doit pouvoir être animée par cinq à six enseignants prêts à afficher leur engagement et à conduire des réflexions sur divers sujets de la maternelle à l'enseignement supérieur.

 

Le collectif prévoit par ailleurs de lancer un appel public, lundi 9 décembre, à Jean-Paul Brighelli, Alain Finkielkraut et Jean-Claude Michéa, trois intellectuels sensibles aux problématiques liées à l'enseignement en France. «Nous leur demandons de nous rejoindre parce que leurs constats sont les mêmes que le nôtres. Nous avons aussi identifié les mêmes responsables du désastre scolaire», explique Yannick Jaffré.

 

Par Emmanuel Galiero le 05/12/2013"

 

Le Figaro

23:20 Écrit par fnpuydedome dans REVUE DE PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 22 juin 2013

Marine très bien reçue en Russie, la presse aux ordres est contrainte de le reconnaître:

"Le président de la chambre basse du Parlement russe, Sergueï Narychkine, a reçu en personne Marine Le Pen mercredi dernier. Profitant d’un accueil très chaleureux, la présidente du Front national s’est également longtemps entretenu avec le responsable des affaires internationales à la Douma, Alexeï Pouchkov.

 

Passage dans la cour des grands

 

L’escapade n’aura duré que deux jours mais avec ces deux nouvelles rencontres officielles, Marine Le Pen travaille de près sa crédibilité diplomatique. Celle qui dirige le parti fondé par son père depuis 2011 peut désormais afficher des soutiens internationaux de poids. Elle n’a d’ailleurs pas boudé les médias du pouvoir qui l’ont largement sollicitée à l’issue de ses rencontres à la Douma et qui lui réservent une place de choix depuis plusieurs mois. La télévision d‘État en a fait sa véritable chouchoute et la présente toujours comme la principale opposante au gouvernement de François Hollande, en accord avec son discours habituel.

 

Sur le ton d’une représentante diplomatique, Marine Le Pen a déclaré qu’elle souhaitait que cette première visite en Russie “resserre les liens” entre la Russie et la France. La présidente du FN a mis les petits plats dans les grands en prenant des accents de représentante officielle de la France. Sergueï Narychkine a complimenté son invitée en la considérant ouvertement comme “une personnalité politique respectée” et s’est ensuite exprimé au sujet de la France en général. Certains hauts responsables de Russie ont même jugé que le FN était “l’avenir de la France”. La suite des échanges n’a pas été ouvert à la presse.

 

L’accueil extrêmement cordial accordé à Marine Le Pen est une façon pour les autorités russes de montrer à la population que les lois votées par le pouvoir, telle que la loi réprimant la “propagande” homosexuelle adoptée au début du mois, sont aussi défendues par des mouvements politiques européens, sans préciser leur nature, tout extrémistes qu’ils soient.

 

Ce rapprochement soudain avec le principal parti d’extrême droite français n’est pas surprenant. Poutine tient tête au monde occidental “ultra-libéraliste”, comme elle ne cesse de le dénoncer, et le Kremlin se tourne de plus en plus vers une politique conservatrice et nationaliste avec le rejet de l’immigration et une attitude agressive vis-à-vis d’autres puissances.

 

Une affaire de famille

 

L’histoire d’amour entre les Le Pen et la Russie ne date pas d’hier. Pendant deux jours, Marine Le Pen a déclamé tout son attachement au pays qui punit la ‘propagande homosexuelle’. Jean-Marie Le Pen est un ami de longue date de Vladimir Jirinovski, président du parti Libéral-démocrate russe, un mouvement ultranationaliste. En décembre dernier, sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, avait fait le déplacement en Russie. Le benjamine de l’Assemblée en France en avait profité pour marteler son discours habituel sur la défense de la souveraineté et de l’identité. Aujourd’hui, c’est sa fille Marine qui a repris les rênes et la présidente frontiste entend bien nouer des liens avec Vladimir Poutine.

 

La patronne du Front a exprimé son désarroi face à ce qu’elle considère comme “une sorte de Guerre Froide à la Russie” menée par l’Union européenne. Elle s’en est aussi pris à l’image que les Français ont de la Russie et qui n’est “pas objectivement la réalité”, selon elle. Dans une société très largement xénophobe et homophobe, elle en a profité pour fustiger le mariage pour tous – sujet sur lequel elle reste pourtant stratégiquement silencieuse dans les médias français – et l’ouverture des frontière. Quelques jours aprés la rencontre tendue entre Vladimir Poutine et le président français François Hollande à l’occasion du G8, la femme politique qui culmine dans les sondages a salué la position du Kremlin de ne pas intervenir en Syrie et de continuer à livrer des armes à Bachar el-Assad. En adoration devant ce grand pays, Marine Le Pen n’a en revanche pas évoqué le cas des Femen emprisonnées pour avoir protester, dans une église, contre la politique de Poutine."


Source: Euronews  (qui visiblement s'étrangle de déconvenue)

 

mardi, 22 janvier 2013

"Tu ne riras point avec le Front National" (vu sur boulevard Voltaire)

tnrpfn.jpg

 

"C’est bien connu : on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui.

La preuve par France Télévision qui a censuré, sur l’émission en replay du JT de 20 H de dimanche soir, la brève séquence consacrée à la présence d’élus du Front national dans la« Manif pour tous » contre le mariage gay.

Devant la fureur des internautes, le rondouillard Brusini, directeur des rédactions Web de France Télévision et rédacteur en chef du 20H de France 2, s’est fendu d’un message qui devrait lui valoir la palme d’or des faux-culs.

« Une journaliste de France 3 qui couvrait le versant politique de la manifestation “anti-mariage pour tous” a été filmée et mise à l’antenne dans des conditions qui justifient la suppression de ces images », a-t-il déclaré. Aussi, « afin de ne pas pénaliser les internautes qui voudraient voir ou revoir les deux journaux, nous travaillons à la remise en ligne rapide de ces deux éditions, après avoir opéré les corrections nécessaires ».

C’est quoi, au juste, ces « conditions » qui justifient la suppression des images ? Mlle France 3 était-elle à poil comme les Femen ? A-t-elle été forcée, tripotée ? Acculée, une baïonnette dans le dos et un pistolet à bouchon sur le ventre, à dire du bien de la famille Le Pen ? Rien de tout ça. On la voyait juste, durant une toute petite seconde d’antenne, en train de rigoler avec le député Gilbert Collard. Alors, à moins que les « nervis » du Front national ne l’aient chatouillée pour lui arracher par la contrainte ce moment d’hilarité, on ne voit pas bien, au regard de la déontologie chère à France Télévision, de quelles « conditions » offensantes il s’agit. Des conditions, assure pourtant Monsieur Brusini, qui justifient « les corrections nécessaires ». Autrement dit la censure du passage en question.

Dites-nous tout : que craignait-elle, la journaliste si réjouie de France 3, pour vous demander le « nettoyage » de l’info ? Qu’on l’imagine en coupable sympathie avec les avatars de la bête immonde ? Qu’on croie qu’elle ricanait à des blagues homophobes ?

Le plus grave, dans cette affaire, est moins la peur d’une journaliste qui craint sa mise au placard pour « sympathie avec l’ennemi » – parce que c’est évidemment de cela qu’il s’agit – que l’insondable lâcheté d’un directeur d’antenne qui, fort de sa prétendue morale, se tortille pour justifier la censure. Ce monsieur Brusini, qui enseigne à Sciences Po où, n’en doutons pas, il donne à ses étudiants de grandes leçons de journalisme et de démocratie. Lui, le rédac-chef du JT de France 2, auréolé du titre de « Grand reporter de l’audiovisuel », co-lauréat du Prix Albert Londres en 1991 pour un reportage sur l’Affaire Farewell, ce qui ne manque pas de sel quand on voit son goût pour les méthodes de l’ancienne Russie soviétique…

La vérité c’est que le « grand reporter » s’est noyé dans sa gamelle.

Aujourd’hui, il fait bien sagement où on lui dit de faire et nous sert quotidiennement, sur la chaîne d’État, la soupe la plus fade du PAF : à chaque ouverture de JT, 10 minutes sur la neige en hiver, 10 minutes sur le soleil en été et le reste sur les chiens écrasés.

Alors, Monsieur Brusini, il serait peut-être temps de vous rappeler ce que disait Albert Londres : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »

La prochaine fois que vous tremblerez de trouille en entendant rire un Gilbert Collard, tâchez de vous en souvenir !

Marie Delarue, le 17 janvier 2013"

jeudi, 10 janvier 2013

Dominique MOREL sur NPI

Privé de salaire pendant 2 mois pour cause d’engagement FN !

Dominique Morel, qui a été candidat aux législatives en Auvergne sous la bannière FN, a été lourdement sanctionné par son syndicat et l’entreprise de transport routier pour laquelle il travaille.

La FNCR, le syndicat auquel il était affilié, l’a purement évincé et son entreprise l’a mis à pied à titre conservatoire. Résultat : Dominique Morel s’est retrouvé pendant deux longs mois sans salaire. « Je me suis retrouvé deux mois sans salaire. Si je n’avais pas eu Marine Le Pen et Erik Faurot, je n’avais pas de quoi manger, je ne pouvais pas m’en sortir » a déclaré ce matin Dominique Morel au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

vendredi, 28 décembre 2012

Dominique MOREL accorde une interview au Parisien.

article Dominique.png